Le dernier mot | Caroline Roy-Element & Mathilde Cinq-Mars

Couverture du livre "Le dernier mot" de Caroline Roy-Element & Mathilde Cinq-Mars, publié chez Mécanique Générale.

Le jour de ses 82 ans, un homme révèle un grand secret à sa famille : il ne sait ni lire ni écrire. Dans ce livre, une de ses petites-filles raconte comment les membres de sa famille ont réagi à cette surprenante annonce.

« Autour de la table, sept enfants, leur âme sœur respective et huit petits-enfants. Mon grand-père avait engendré une AVOCATE, un AUTEUR-COMPOSITEUR, un PROFESSEUR DE FRANÇAIS, une COMÉDIENNE, un ORTHOPHONISTE, une TRADUCTRICE et un JOURNALISTE. Eux-mêmes avaient donné naissance à nous huit, belle flopée de gens bien éduqués, universitaires bien ferrés, amateurs de bons vins et de voyages, qui prenions plaisir à raconter le monde en phrases longues enjolivées de notre accent pompeux sciemment gagné dans les grandes villes où nous nous étions établis. »

Ironiquement, il était lettreur à la Iron Ore Company. Même s’il avait arrêté ses études très tôt, personne ne soupçonnait son analphabétisme, sauf sa femme, qui semble être au courant.

Chaque enfant réagit selon son propre métier.

Chaque enfant réagit selon son propre métier.

« Les convives incrédules semblaient dénombrer comme moi, leurs souvenirs. C’était un coup dur pour chacun d’entre nous de comprendre que jamais, il ne nous serait possible de nous mettre à sa place. Nous étions un monde à part. »

Le grand-père de la narratrice se fond dans le décor.

Le grand-père de la narratrice se fond dans le décor.

« La vérité avait passé sous nos nez lettrés et aucun de nous ne l’avait déchiffrée. »

L'immense bibliothèque dans la maison des grands-parents.

L’immense bibliothèque dans la maison des grands-parents.

« De mon point de vue, il avait réussi. Je le prenais comme un exemple, un idéal duquel je devais me rapprocher, auquel je pouvais m’identifier. Car après tout, ne le devrais-je pas? N’étais-je pas en partie née de cet homme qui venait d’avouer le plus grand mensonge de sa vie? »

Pour la narratrice, le choc initial fait place à de l’admiration.

« Caméléon, il avait certainement développé une prodigieuse capacité d’adaptation et un sens de l’écoute raffiné. Toutes ces années, il avait signé tous ces contrats d’un barbot fougueux, du contrat de mariage au contrat d’achat de son beau bungalow blanc. Toutes ces années, il n’avait jamais pu consulter les menus, les cartes routières, les annuaires, les panneaux d’avertissement. »

Ce livre démonte les préjugés sur les gens qui éprouvent des difficultés majeures en lecture et en écriture. Ça peut arriver dans toutes les familles, peu importe la classe sociale.

« Je réalisais que le monde n’a pas besoin de lettres pour être lu. Certains langages nous parlent au-delà de toutes lettres. »

Quelques ressources intéressantes sur l’alphabétisation :

Le dernier mot
Caroline Roy-Element & Mathilde Cinq-Mars
Mécanique générale
ISBN : 9-782922-827842

Cet article contient des liens d’affiliation. Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent. Il suffit d’utiliser un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

3 réflexions sur “Le dernier mot | Caroline Roy-Element & Mathilde Cinq-Mars

    • Allo!
      C’est un roman graphique! Comme vous le voyez sur les images, c’est un texte continu mais avec beaucoup d’illustrations. Et non, ce n’est pas un fait vécu, ça vient de l’imagination de l’auteure, Caroline Roy-Élément, mais je suis sûre que certains y reconnaîtront leur histoire….

      J’aime

  1. J’aime particulièrement la phrase :  » Certains langages nous parlent au-delà de toutes lettres. » C’est, je trouve, une belle prise de conscience de la narratrice ; elle comprend que les mots ne véhiculent pas tout, que l’amour (fraternel, inconditionnel) a son propre langage qui, lui, touche directement le cœur.

    J’aime le style du livre, avec sa typographie comme si on avait écrit à la main, et ses illustrations aux couleurs chaudes. Il s’en dégage une chaleur humaine… On dirait même un conte, n’est-ce pas ? Un conte illustré pour adultes…

    Merci de nous faire connaître ce bijou littéraire. Je l’ajoute à ma PAL.

    À bientôt ! :-)

    Aimé par 1 personne

Exprimez-vous!

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.