Saviez-vous que 2020 est l’Année internationale de la santé des végétaux selon l’ONU? Maintenant, vous le savez! Dans cet article, je vous partage des suggestions de lecture sur le sujet ainsi qu’une chronique audio.

Année internationale de la santé des végétaux

« L’ONU a proclamé 2020 « Année internationale de la santé des végétaux » (AIPH). Il s’agit d’une formidable occasion de sensibiliser le monde entier à la manière dont la protection phytosanitaire peut contribuer à éliminer la faim, à réduire la pauvreté, à protéger l’environnement et à stimuler le développement économique. »

Extrait du site internet de l’organisation des nations unies pour L’alimentation et l’agriculture

Le slogan de l’Année internationale de la santé des végétaux est Protéger les plantes, protéger la vie. Parce que oui, notre vie est intimement liée aux plantes.

Les changements climatiques et les activités humaines (par exemple, la monoculture) influencent la santé des plantes.

« Protéger les végétaux contre les organismes nuisibles et les maladies est beaucoup plus rentable que de faire face à des urgences phytosanitaires de grande envergure. Les ravageurs et les maladies des végétaux sont souvent impossibles à éradiquer une fois qu’ils se sont établis, et les opérations de lutte sont longues et coûteuses. La prévention est essentielle pour conjurer les effets dévastateurs des ravageurs et des maladies sur l’agriculture, les moyens d’existence et la sécurité alimentaire, et beaucoup d’entre nous ont un rôle à jouer. »

EXTRAIT DU SITE INTERNET DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE

Mieux manger

« L’agriculture, en soi, est une activité humaine qui demande des quantités astronomiques de ressources naturelles. Environ 38% de la surface terrestre est occupée par l’agriculture. Environ 70% des prairies, la moitié des savanes, 45% des forêts de feuillus et 27% des forêts tropicales sont maintenant utilisées pour l’agriculture. Entre 80% et 90% de l’eau douce utilisée sur Terre sert à irriguer les champs. Modifier les pratiques agricoles est donc une solution à ne pas prendre à la légère quand on parle de diminuer la pression qui pèse sur l’environnement. »

sauver la planète une bouchée à la fois : Trucs et conseils | Bernard lavallée | Éditions La presse

Une autre façon de modifier les pratiques agricoles est de diminuer notre consommation de viande. En effet, une grande partie de l’agriculture sert à nourrir des animaux, qui eux vont nous nourrir. Ce serait beaucoup plus efficace de nous nourrir directement avec des végétaux.

« Saviez-vous que le Canada était un gros producteur de légumineuses? En fait, il est le plus gros producteur mondial de lentilles et de pois secs. Depuis 1991, la production a plus que quadruplé au pays. Surpris? C’est normal. La plus grande partie des légumineuses cultivées sert à l’alimentation des animaux, et non à nourrir des humains.
[…]
Les légumineuses représentent une des sources de protéines qui émet le moins de gaz à effet de serre. En effet, un kilo de légumineuses ou de tofu (qui est fabriqué à partir du soya) produit environ deux kilos d’équivalent CO2. Pour vous donner une idée, c’est 13,5 fois moins qu’un kilo de bœuf, 7 fois moins qu’un kilo de fromage, 6 fois moins qu’un kilo de porc et 3,5 fois moins qu’un kilo de poulet. »

SAUVER LA PLANÈTE UNE BOUCHÉE À LA FOIS : TRUCS ET CONSEILS | BERNARD LAVALLÉE | ÉDITIONS LA PRESSE

Mieux boire

Saviez-vous que l’industrie du vin utilise énormément de pesticides? Aussi, saviez-vous que les pesticides influencent le goût du vin? Dans cet essai, les auteurs nous partagent les résultats de leur étude qui consistait entre autres à boire des pesticides dans de l’eau.

« Tous les participants à notre expérience ont été étonnés de savoir que nous avions fait analyser de manière réglementaire, dans un laboratoire agréé, plus de deux cent cinquante pesticides dans chaque breuvage, ainsi que des métaux lourds ! Nous leur offrions ainsi l’opportunité de découvrir, ensuite, le goût des pesticides retrouvés, mais dilués dans l’eau, aux doses où ils étaient présents dans le vin, seuls ou en cocktail. Du jamais bu.

Tous les grands cuisiniers ou vignerons, œnologues ou professionnels, sont par nature d’immenses curieux de nouveaux arômes. Passé la barrière psychologique, ils réalisèrent qu’ils avaient tous consommé des vins issus de raisins traités sans penser à ces résidus – la vigne se révèle un des plus gros consommateurs de pesticides au monde. »

LE GOÛT DES PESTICIDES DANS LE VIN | Jérôme Douzelet & Gilles-Éric Séralini | Actes Sud

Mieux se vêtir

On peut aussi jeter un coup d’œil du côté de nos vêtements. Par exemple, la production de coton nécessite beaucoup de ressources et est une monoculture. Et la fast fashion crée des vêtements qui ne sont pas faits pour durer, ce qui fait qu’il faut en produire de nouveaux pour les remplacer.

« Les conditions et le rythme effréné de surproduction et de surconsommation entraînent des impacts environnementaux et sociaux désastreux. La Terre n’est tout simplement plus capable de supporter de telles quantités de production et de mise au rebut. Apposer quelques pansements çà et là sur les gros bobos de cette industrie en crise ne suffit plus. Seule une approche holistique et intégrale arrivera à améliorer le sort de la planète. »

POUR UNE GARDE-ROBE RESPONSABLE | Léonie Daignault-Leclerc | Éditions La presse

Dans son livre, elle nous apprend entre autres comment reconnaître des vêtements de qualité et comment les entretenir pour qu’ils soient durables.

D’autres livres pour réfléchir et pour agir

Labyrinthe de racines
les arbres
enlacent la terre

Extrait du recueil de haïkus « éclats » de Chantale gingras, paru chez l’instant même

Et vous, avez-vous des suggestions de lecture sur la santé des végétaux?

Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent. Il suffit d’utiliser un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

Julie Collin
Fondatrice et blogueuse en chef

Libraire, chroniqueuse culturelle et animatrice, ma vie tourne pas mal autour des livres!

Je lis de tout, et partout. Sur papier et sur ma liseuse numérique.

Je parle de mes lectures simplement, comme j'en parle avec mes amis devant un verre ou une tasse. Sentez-vous bien à l'aise de vous préparer un breuvage. 😉

N’hésitez pas à commenter et/ou à me recommander des lectures.

Page FacebookPage TwitterÀ propos