Le boulevard | Jean-François Sénéchal

Couverture du roman Le boulevard de Jean-François Sénéchal.

« Mais ça serait quand même mieux que tu reviennes, maman, parce que je vais trouver ça long d’être un orphelin toute ma vie.  »

Ce livre a été lu dans le cadre du Grand défi de littérature québécoise 2019. Cliquez ici pour en savoir plus.

Le matin de ses 18 ans, Chris se réveille dans un appartement (trop?) propre. Il pense que sa mère est sortie et qu’elle reviendra bientôt. Peut-être qu’elle lui prépare une surprise. Il finit par comprendre que sa mère l’a quitté et qu’elle ne reviendra peut-être jamais. Il sait très bien que ce n’était pas facile pour elle d’être la mère monoparentale d’un fils en retard.

Heureusement, Chris peut compter sur Madame Sylvester, la propriétaire de l’immeuble. Et il peut compter sur plein d’autres personnes qui habitent ou qui travaillent sur le boulevard. Madame Sylvester lui offrira de devenir le concierge de l’immeuble et Joe lui apprendra comment entretenir les appartements. Chris découvre qu’il est possible de construire sa famille, au-delà des liens de sang.

Chris s’adresse directement à sa mère tout au long du livre. Ce procédé permet d’être dans la tête de Chris afin de bien comprendre comment il se sent et comment il perçoit le monde.

« Elle a monté les escaliers pendant que je pensais à toi. Est-ce que papa avait été la bonne chaussure pour ton pied? Ou peut-être que ça avait été quelqu’un d’autre, un monsieur que je connaissais pas? Est-ce que tu cherchais encore la bonne personne? Est-ce que c’est pour ça que t’étais partie, pour trouver la bonne chaussure? Je me suis aussi demandé si c’était pas toi, ma bonne chaussure, maman. Est-ce que ça se peut? Est-ce qu’une maman peut être la bonne chaussure de son enfant? Je le savais pas, pis je le saurai peut-être jamais. En tout cas, en attendant, moi j’avais l’impression d’être nu-pieds. »

Parmi les sujets abordés, il y a la déficience intellectuelle (bien sûr!), la pauvreté, le consentement sexuel, le rejet, l’homosexualité, l’autonomie, l’entraide et l’amour.

« J’ai souvent essayé de me faire une blonde, mais c’est vraiment compliqué, parce que moi je tombe amoureux souvent, avec plein de filles. Pourquoi pas elles aussi? Je suis pas difficile, faut juste qu’elles soient assez belles pis fines avec moi. »

À lire pour découvrir Chris et pour avoir encore plus foi en l’humanité.

Le boulevard
Jean-François Sénéchal
Leméac Éditeur
ISBN : 978-27609-42240

Cet article contient des liens d’affiliation. Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent. Il suffit d’utiliser un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

Exprimez-vous!

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.