Premiers soins | David Goudreault

Maude Colin nous partage son premier coup de cœur en poésie contemporaine. Le texte qui suit donne envie de se plonger dans ses mots!

Par Maude Colin

David Goudreault est travailleur social de formation. Il organise et anime des ateliers de création littéraire dans les écoles et centres de détention. Il est également écrivain, romancier, poète, dramaturge et performeur.

Premier québécois à remporter la coupe du monde de Slam poésie à Paris en 2011, il reçoit aussi la médaille de l’Assemblée nationale du Québec pour son implication sociale et ses réalisations à l’automne de la même année. Premiers soins est son premier recueil de poésie, paru en octobre 2012 aux Écrits des Forges. Il a ensuite écrit les recueils de poésie : Mines à vacarmes en 2012 et S’édenter la chienne en 2014 avant de publier son premier roman au printemps 2015. La bête à sa mère aux éditions Stanké est le premier d’une trilogie comprenant également La bête et sa cage, ainsi que Abattre la bête qui paraîtra le 12 avril prochain.

David Goudreault a vu son premier roman atteindre le statut de best-seller en à peine quelques mois. Cet auteur québécois connaît un grand succès. En plus d’être finaliste au Prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec, il a remporté le Prix des Nouvelles Voix de la Littérature et le Grand Prix Littéraire Archambault. Il a également collaboré avec des auteurs, compositeur et interprètes réputés au sein de la culture québécoise.

David Goudreault est à mon égard, une sommité en matière de littérature québécoise.

Pourquoi mettre de l’avant Premiers soins alors qu’il s’apprête à réalisé le lancement de son dernier roman, Abattre la bête? Tout simplement pour en revenir aux sources.

J’ai souvenir de mes débuts dans le domaine de  l’écriture. C’est mon enseignant de littérature québécoise au collège qui m’a outillé afin de mieux analyser et comprendre la forme des textes et les différents styles littéraires. Démontrant un intérêt marqué pour la lecture et l’écriture de poésie, ce même enseignant m’a guidé vers David Goudreault. Une fois à la librairie à éplucher ses œuvres et celles de d’autres auteurs, je suis tombée amoureuse de Premiers soins. Ce fut ma toute première lecture de poésie contemporaine. Depuis, je conserve ce recueil très précieusement.

Étant moi-même éducatrice spécialisée et donc intervenante dans le domaine de la santé mentale, je me suis sentie très interpellée par les écrits de David Goudreault tout comme plus tard, je l’ai été par ceux de Ouanessa Younsi. Les auteurs québécois traitant du monde hospitalier se font plus rares et c’est tout à leur mérite, car il n’est pas tâche facile de côtoyer ce monde et encore moins d’écrire à propos de celui-ci.

« Rentrer le soir même
L’innocence en moins
Ne rien laisser voir
Le mal est moindre
Jamais assez mort muet
Se faire tomber dessus
Au moindre mal »

L’auteur dissèque le processus hospitalier en divisant son livre en quatre sections : de l’urgence, du diagnostic, du traitement, de la rémission. Illustrant tout d’abord la salle d’attente d’une salle d’urgence, ainsi que le processus de triage, Goudreault met en évidence la douleur lancinante qui habite ces corps humains blessés et meurtris par la maladie, tantôt physique, tantôt psychologique.

« Elle marine depuis mille émissions
Dans ses rêves brisés et le rosé
Aux petites heures des matins
Où le soleil ne se lève
Sur aucun pôle
À pleurer »

Dans le chapitre du diagnostic, l’auteur évoque la misère de ceux qui viennent tout juste de recevoir un diagnostic et qui doivent s’adapter rapidement à de nouvelles réalités : du patient qui s’est fait amputer, en passant par celui qui a le cancer et allant jusqu’à celui qui est perdu dans l’aile psychiatrique. Il souligne l’orgueil qui a mal, tout aussi mal que la douleur physique et les pensées qui vagabondent vers des souvenirs de moments plus heureux.

« On lui a retiré tout son or
Il n’arbore qu’un bracelet de plastique
Les tatouages de la radiothérapie
Des piercings d’où pendent ses cathéters
Comme autant de fils d’Ariane le liant au réel »

Lors du traitement, le poète expose l’incertitude et le désespoir que ressentent les malades face à l’attente d’un recouvrement possible. Puis, le poids d’un traitement redondant et épuisant; un traitement parfois aussi nocif que bénéfique.

« De la fenêtre je vois la ville
La ville ne me voit plus
La relativité est une jaquette bleue
Le salut une agression chimique
L’avenir est incertain
Mon souffle embue la vitre
La ville dort et n’en sait rien »

« Il faut s’en remettre
Et s’en remettre aux autres
La bouche ouverte
les yeux fermés
Tout est question de confiance
Avec les médecins et
les prostitués »

David Goudreault poursuit ainsi en traitant de la rémission : une brève interruption entre les différents pronostics alarmants, la bonne nouvelle, la gloire d’un instant.

Premiers soins est un recueil de poésie structuré traitant d’une épreuve que chacun de nous traversera un jour ou l’autre de nos vies. Les titres des poèmes tout aussi éloquents que la forme et le contenu de ceux-ci établissent les prémisses d’un chef-d’œuvre littéraire se distinguant par des propos sensés et prononcés.

Je suis si reconnaissante que ma toute première lecture de poésie contemporaine fût Premiers soins. Comment ne pas tomber amoureuse? Comment ne pas en vouloir toujours plus? Comment ne pas vouloir se livrer soi-même à l’écriture? David Goudreault est une source de fierté et d’inspiration pour les jeunes auteurs québécois.


À propos de Maude Colin

Photo de l'auteure de ce texte, Maude Colin.Maude est une jeune auteure émergente. Son premier livre, Fragments, est dorénavant en vente en librairie et sur le web. Elle travaille actuellement à la mise en page de son
second livre, Sens. Elle travaille également à titre de rédactrice. Amoureuse des livres, elle nous partage ici ses coups de cœur. www.maudecolin.com

À propos de Julie lit au lit / La lectrice philanthrope

Fondé en 2015, Julie lit au lit n’est pas une blogue de lecture comme les autres! Sa valeur ajoutée est l’argent qui est redonné à des organismes œuvrant en alphabétisation, afin que plus de gens aient accès à cette merveilleuse passion qu’est la lecture.


Cet article contient des liens d’affiliation. Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent, tant que vous utilisez un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

Suivez Julie lit au lit sur les réseaux sociaux : social-006-round_facebook social-003-round_twitter social-038-round_instagram social-033-round_pinterest social-011-round_linkedin

Exprimez-vous!

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s