Julie lit en ligne 56

Julie lit en ligne 56

Pour la 56e fois, je vous propose 5 textes que j’ai lus en ligne dans les derniers jours. Bonne lecture!

Les 5 textes lus en ligne dans les derniers jours

Ikea fête les 40 ans de sa fameuse bibliothèque Billy | Antoine Oury | ActuaLitté :

« Gillis Lundgren, le créateur de cette fameuse bibliothèque, a donné le prénom de son collègue Billy Liljedahl à son meuble, car celui-ci lui avait fait part de son envie d’avoir une « vraie » bibliothèque. En dessinant sa création, Lundgren avait à cœur de proposer un produit accessible à tous, qui pourrait s’intégrer dans pratiquement tous les intérieurs. »

Cliquez ici pour lire Ikea fête les 40 ans de sa fameuse bibliothèque Billy.

L’âge de Bruce Lee | Rafaël Ouellet / La Presse + :

« J’y ai mis les pieds en début de carrière, j’avais tout à apprendre, mais j’étais au bon endroit ; MusiquePlus, c’est une bonne école. Caméraman/voyeur pour Bouge de là !, monteur pour Box-office et Anne-Marie Losique, réalisateur pour Dollaraclip, Le cimetière des CD, L’artiste du mois. Marcheur Montréal-Québec avec Patrick Groulx. MusiquePlus, c’est une bonne école. Une bonne école de la vie aussi. C’est une rafale d’anecdotes et de moments dont le ti-cul scotché devant Paul Sarrasin et ses SolidRock n’aurait jamais osé rêver. Sept ans de camps d’été, de polyvalente. Sept ans à prolonger l’adolescence. »

Cliquez ici pour lire L’âge de Bruce Lee.

Mieux que les bibliobus, des bibliobus électriques et écologiques en Suède | Antoine Oury / ActuaLitté :

« Göteborg, sur la côte ouest de la Suède, accueillera prochainement un nouvel équipement au sein de son réseau de lecture publique. Deux bibliothèques mobiles, des autobus, électriques, seront ainsi mis en service au cours de l’été 2020, et remplaceront les véhicules à essence actuellement utilisés. Outre la préservation de l’environnement, les économies réalisées sur le carburant permettront d’étendre les horaires de circulation des bibliobus. »

Cliquez ici pour lire Mieux que les bibliobus, des bibliobus électriques et écologiques en Suède.

Les pesticides altèrent le goût du vin | Geoffrey Avé / La Revue du vin de France :

« Tout le monde a déjà bu un verre de pesticides, puisqu’on en trouve dans les vins conventionnels. Nous proposons simplement une expérience qui permet de détecter le goût des pesticides, aux mêmes doses, dans de l’eau. Cela permet d’identifier le goût dans le vin. C’est une expérience unique et originale. La conclusion de notre travail, c’est que non seulement les pesticides donnent un goût au vin, mais aussi altèrent le goût des arômes. Ils empêchent d’une part la vigne de délivrer tous ses arômes, car elle a besoin de maturer lentement. Les pesticides vont inhiber, empêcher la synthèse des arômes dans la plante. D’autre part, les pesticides vont empéguer la langue sans qu’on s’en rende compte, et ainsi nous empêcher de détecter tous les arômes. »

Cliquez ici pour lire Les pesticides altèrent le goût du vin.
Cliquez ici pour vous procurer le livre Le goût des pesticides dans le vin de Jérôme Douzelet & Gilles-Éric Séralini.

Les jeunes féministes : Maïtée Labrecque-Saganash | Marie-Hélène Proulx / Châtelaine :

« Maïtée a connu le racisme qui fait germer la haine de soi, insidieusement. À Boischatel, une petite ville près de Québec où elle a grandi, il ne faisait pas bon être la seule autochtone de sa classe. « C’était l’enfer. On me traitait de squaw, de kawish, on riait de ma couleur de peau, de ma pilosité. On a même été battus, ma sœur, mon frère et moi. J’étais comme un petit animal effrayé dans la cour d’école. » Elle a fini par avoir honte d’être à moitié crie. « Tout comme mon père était gêné de ce qu’il était. Je pense qu’il se sentait mal de nous avoir faits autochtones. »


Adolescente, elle a pris les grands moyens pour anesthésier sa tristesse abyssale. « À une époque, je buvais une caisse de douze par jour. Sans compter la coke, le pot, l’ecstasy. » Elle a aussi connu plusieurs fois l’horreur du viol, à l’instar de la majorité des femmes autochtones de son entourage. Ces souffrances, s’ajoutant à des problèmes de santé mentale, l’ont menée à la tentative de suicide, il y a un an et demi. »

Cliquez ici pour lire Les jeunes féministes : Maïtée Labrecque-Saganash.

➡ Cliquez ici pour consulter toutes les éditions de Julie lit en ligne. ⬅

Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent. Il suffit d’utiliser un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

Exprimez-vous!

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.