Julie lit au lit

Art de lire & Alphabétisation

Olga et le machin qui pue | Elise Gravel

Couverture du livre Olga et le machin qui pue de Elise Gravel.
J’ai presque 35 ans et j’aime Elise Gravel. Je l’aime tellement que je dérange mes voisins parce que je ris trop en lisant ses albums. Est-ce grave docteur?
Elise Gravel n’a plus vraiment besoin de présentation, mais je vais lui en faire une quand même. Cette Montréalaise a écrit et illustré plusieurs albums pour enfants (et pour les grands enfants). J’ai déjà parlé de N’importe quoi! et de Je veux un monstre! sur le blogue. J’aime sa belle folie et ses mots qui donnent confiance en soi. Et elle a le sens des grandes vérités.

« LA CRÈME GLACÉE REND L’ESPRIT PLUS VIF. »

Olga est une jeune scientifique. Elle préfère les animaux aux humains. Elle rêve d’être zoologiste / cuisinière animalière. C’est une enfant curieuse.  Et elle aime noter ses observations. Ce livre est son carnet d’observations, rien de moins. Elle nous partage même sa méthode scientifique à la fin de l’ouvrage.

« J’aurai une belle blouse blanche de scientifique, un bureau dans un arbre au cœur de la jungle et, bien sûr, un assistant singe que j’habillerai en pyjama et que je nommerai Hubert. »

Sa meilleure amie est une araignée anglophone.

« LES ARAIGNÉES SONT POURRIES AUX JEUX DE SOCIÉTÉ. »

Extrait de Olga et le machin qui pue de Elise Gravel. Plus exactement, il s'agit des pages 10 et 11.

Pages 10 et 11. Source : Éditions Scholastic.


Le machin qui pue est un animal non identifié. Il dit Bof, il fait Barbie quand il rote et il fait des crottes arc-en-ciel comme des Smarties qui brillent dans le noir. Est-ce un extra-terrestre? Chris Hadfield peut peut-être (ou pas) aider Olga. À moins que ce soit Nathalie, la gentille bibliothécaire, qui peut l’aider?

« BOF. »

Au fil de ses aventures avec le machin qui pue, Olga apprend à ne pas se fier aux apparences, à prendre soin de son animal de compagnie, et surtout, que quelques humains sont gentils.

« OOOH, JE T’AIME CHÉRIE, TU SENS MEILLEUR QUE LE SALAMI. OUI, OUIIII! »

En prime, on a la recette de muffins aux olives d’Olga. Je vais la tester dans les prochains jours (le temps que je prenne le temps d’aller à l’épicerie).
Ce livre est aussi un hommage à la primatologue et ambassadrice de la paix Jane Goodall.

« Je serai une personne géniale et fascinante un jour. Je serai probablement amie avec Jane Goodall et ses copains chimpanzés dans la jungle. On boira du thé en parlant des idioties des humains.  »

Et puis, est-ce grave docteur? Aimez-vous les albums jeunesse?
 
* Ce livre m’a été offert par les Éditions Scholastic. Ce texte a été écrit de façon authentique et indépendante, comme d’habitude! Cliquez ici pour consulter ma politique éditoriale.

Olga et le machin qui pue
Elise Gravel (texte français de Isabelle Allard)
Éditions Scholastic
ISBN-13 : 978-1-4431-5925-8

Cet article contient des liens d’affiliation. Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent. Il suffit d’utiliser un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

2 Commentaires

  1. J’aime également Élise Gravel… et je vais avoir 36 ans. Elle a un talent fou pour écrire des albums rigolos que les jeunes apprécient. Chez moi, on a aimé le catalogue des monstres et Le grand Antonio

  2. J’avoue ne pas connaître Élise Gravel mais ton article me donne très très envie de le faire ! J’aime beaucoup les albums jeunesse et je pense que celui-ci est fait pour moi :3
    Merci pour la découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :