Julie lit au lit

Art de lire & Alphabétisation

Ukraine à fragmentation | Frédérick Lavoie

Couverture du livre "Ukraine à fragmentation" de Frédérick Lavoie.
Aujourd’hui, je vous propose une lecture difficile, mais nécessaire… et bien vulgarisée. Frédérick Lavoie est journaliste indépendant. Dans ce récit, il s’adresse à Artyom, une jeune victime de 4 ans, 4 mois et 14 jours, qui a été atteint par une roquette Grad.
Le brouillon de ce texte a été commencé en avril 2016. J’ai lu et relu ce récit quelques fois, en espérant trouver les mots pour lui rendre honneur. Comme vous pourrez le constater en poursuivant votre lecture, les mots de Frédérick rendent honneur au récit, beaucoup plus que je pourrais le faire!
Je suis sensible à ce qui se passe sur la planète (on va faire abstraction de ma passion pour l’espace pour le moment). J’essaie de m’informer du mieux que je peux, avec les connaissances que j’ai. En grande sensible que je suis, je suis parfois à l’envers par ce qui se passe. Je me sens impuissante. Et surtout, je ne comprends pas la guerre. Je ne comprends pas comment il est possible de faire du mal aux autres. Puis je me dis que ce sont des problèmes de communication et des nuances de gris. J’essaie de comprendre l’incompréhensible.

« Personne n’a cherché à bâtir de pont. Ce sont moins les divergences en soi qui ont provoqué la crise que le manque de communication. Les vainqueurs ont été arrogants. Un simple dialogue, ou même un monologue de leur part, aurait montré que les positions des majorités d’un côté et de l’autre n’étaient pas si éloignées que certains – les propagandistes russes en premier lieu – voulaient le laisser croire. » (p. 222)

Dans ce récit, l’auteur ne prend pas position. Il vulgarise les erreurs de toutes les parties. À mon avis, il représente exactement ce que je m’attends d’un journaliste : il est neutre, sans être insensible.

« Car aucun parce que, aucun argument historique, politique ou militaire, aucun sentiment vertueux de supériorité morale de la part des protagonistes de cette guerre, de toute guerre, ne peut justifier, ne serait-ce que partiellement, l’usurpation de ton droit à la vie. Tu étais innocent et tu l’es toujours. Ils étaient tous coupables et ils le sont encore. » (pp. 15-16)

Il manifeste son dégoût pour les journalistes vautours, qui sont à la recherche de croustillant. La mort d’un enfant de 4 ans ne peut être une nouvelle réjouissante pour lui, même si ça peut faire de bons reportages. Il ne cherche pas le sensationnalisme. Il a pris une photo qui a été largement partagée. Malheureusement, certains l’ont instrumentalisée afin que ça corresponde à leur vision du conflit en Ukraine.

« Ils auront beau dire ce qu’ils voudront, retourner ton cadavre dans tous les sens, la guerre ne sera jamais belle sur le visage de personne. Leur héroïsme n’est pas surhumain, il est antihumain. Chacune de leur victoire est une défaite de plus pour notre espèce. » (p. 191)

J’ai été surprise d’apprendre que Frédérick Lavoie ne se considère pas comme un journaliste de guerre. Au contraire, il souhaite se tenir loin de la haine. Il ne veut pas mettre sa vie en danger. Je vous invite à écouter une entrevue qu’il a effectué à l’émission C’est fou… pour en savoir plus sur sa vision du journalisme international.
Coup de cœur pour la carte au début du livre pour nous permettre de bien situer les régions dont il est question.
Ce livre est disponible en version audio sur Première PLUS, lu par Frédérick Lavoie lui-même.

   Vous pourriez aussi aimer : Ils ont vécu le siècle | Mélanie Loisel    

Ukraine à fragmentation
Frédérick Lavoie
Éditions La Peuplade
ISBN-13 : 978-2-92451-906-6

En passant par ce lien sécurisé de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent, tant que vous utilisez un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

Suivez-moi sur les réseaux sociaux : social-006-round_facebook social-003-round_twitter social-038-round_instagram social-033-round_pinterest social-011-round_linkedin

12 Commentaires

  1. Merci pour cette article, tu m’as donné envie de lire ce livre. Je suis aussi très préoccupé par l’avenir de la planète et de ses habitants, je pense donc que je vais retrouver quelques une de mes pensées dans ce roman.
    Très bon article !
    Bisous !

  2. Comme toi, il m’est impossible de comprendre comment on peut en arriver à faire (et à ordonner de faire surtout) de telles horreurs. Aucune cause ne me semble pouvoir justifier la barbarie et la guerre…Et quand il s’agit d’enfant, je pense au mien, mon coeur se brise…Merci pour ce partage.

  3. Hello Julie!
    Je ne connais pas ce livre mais j’adorerais le lire. Il promet d’être émouvant et un peu dur mais c’est important de prendre conscience de ce qui se passe dans le monde, et surtout des atrocités qui sont commises.
    Bisous 🙂
    Safia

  4. Ce doit être un livre bouleversant. Je ne comprends pas non plus tous ces éland pour la guerre, ne somme nous pas tous humains? les enfants sont les premiers à en pâtir.

  5. Coucou,
    C’est effectivement très intéressant de lire à travers les pensées d’un journaliste qui apporte son pragmatisme sans que cela soit dépourvu de sentiment. Je ne sais pas si j’aurais le courage de lire ce livre, mais je te remercie de me l’avoir fait découvert ! Personnellement, je me sens également impuissante face à tous ces conflits et ma manière de sortir de cette mélasse de sentiments de tristesse reste la créativité ! Je te dis à très vite

  6. Ca a l’air syper intéressant comme livre ! Je vais voir si je peux le trouver 🙂

  7. Super intéressant, je crois que c’est le premier livre « vulgarisé » dont j’entend parler à ce sujet. C’est dur mais nécessaire je pense, pour en savoir un peu plus de ce qu’on voit quelques minutes à la télé.

  8. Ce livre est surement très dur et bouleversant mais je pense qu’il doit être super intéressant. Prendre conscience de tout ce qu’il se passe dans le monde est une chose mais réagir et faire quelque chose en est une autre…
    Bisous ♥
    CapricieuZe

  9. Ça a l’air vachement sympa. Un point de vu tout autre. Merci pour le partage.
    #CocoB.

  10. Dur de rester dans notre confort quand on sait ce que d’autres subissent ailleurs 🙁
    En pleine réflexion aussi sur le sort des victimes de guerres, cet article permet de voir qu’on est nombreux (ses) à se sentir mal des injustices qui règnent…
    Je suis admirative des personnes qui vouent leur vie à essayer de soulager un peu celle des autres, on est dans un monde bien trop egoiste 🙁
    Merci pour ton article

  11. Tu as toujours décidément de très belles sélections de livres !

  12. En tant que pacifiste, je suis horrifiée par les phénomènes de guerre. J’ai de plus en plus l’impression que nous avancons dans un monde d’idiocratie ou le sensationalisme a plus d’importance que la reflexion sur des enjeux de fonds. Alors decouvrir des journalistes qui font un vrai travail de croisement et d’analyse ca reconforte. Les medias peuvent jouer un role positif d’ouverture des consciences mais ils peuvent tout autant renforcer les tensions entre les peuples lorsqu’ils sont trop preoccupes par la recherche de scoop. C’est ce genre de situation qui me fait réfléchir au fait d’etre mere ou pas un jour, c’est dur de vouloir propulser un enfant dans un monde capable de tant de cruauté, je me sens parfois pessimiste, mais cela m’interroge beaucoup. Merci Julie pour cette article qui invite à une reflexion critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :