L’orangeraie | Larry Tremblay

Couverture du roman "L'orangeraie" de Larry Tremblay, chez Alto.

Est-ce que les bons sont vraiment bons? Est-ce que les méchants sont vraiment méchants? Dans ce roman, Larry Tremblay nous plonge dans les horreurs de la guerre et nous invite à nous questionner.

Deux jumeaux identiques de 9 ans vivent une vie paisible avec leur famille dans une orangeraie. Une bombe fait exploser la maison de leurs grands-parents.

« Ils sont demeurés jusqu’au soir. Zahed leur a montré les débris de la maison de ses parents. Ils ont tous levés la tête vers la montagne comme s’ils cherchaient dans le ciel la trace de la bombe. Tamara a préparé du thé. Elle a envoyé les enfants dans leur chambre. Plus tard, Amed et Aziz ont vu par la fenêtre l’homme à la mitraillette retourner à la jeep et revenir quelques instants après avec, dans les mains, un sac. Ils ont cru entendre leur mère crier. Puis, les hommes sont partis. Longtemps, le bruit de la jeep qui s’éloignait a résonné dans la nuit. Amed a serré son frère dans ses bras et s’est enfin endormi. »

Les parents se font convaincre qu’il faut venger le sang par le sang en sacrifiant un de leurs fils. Ce dernier devra déclencher une ceinture d’explosifs lorsqu’il sera du côté ennemi, comme Halim l’a fait.

« Des chiens habillés. Nos ennemis sont des chiens habillés. Ils nous encerclent. Au sud, ils ont fermé nos villes avec des murs de pierre. C’est là que Halim est parti. Il a traversé la frontière. Soulayed lui a expliqué comment faire. Il est passé par un tunnel secret. Puis, il est monté dans un autobus bondé. À midi, il s’est fait exploser. »

Dans un récit concis de 160 pages, l’auteur nous amène à nous questionner. Qu’est-ce que le bien? Qu’est-ce que le mal? Quel enfant aurions-nous sacrifié? Quelle vie est la plus importante? Qu’est-ce que le courage? Tout est question de perspective.

On se questionne aussi sur la représentation artistique de la guerre. Peut-on parler de quelque chose qu’on ne connait pas? Je ne connais pas la vie de Larry Tremblay, mais selon moi, il a vu juste. C’est une lecture poignante.

Vers la fin, on a droit à la vie après la guerre. Touchant.

Ce livre fait partie de la fameuse liste des 100 incontournables. Ça m’en fait un de plus!

Besoin d’un accord vin et livre?

Bouteille de vin L'orangeraie, comme accord vin et livre.

J’ai acheté ce vin pour le nom. Heureusement, il est bon!

L’orangeraie
Larry Tremblay
Éditions Alto
ISBN-13 : 978-2-89694-169-8

Cet article contient des liens d’affiliation. Grâce à un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, 4% de votre achat (la totalité de mes redevances) sont remis à un organisme œuvrant en alphabétisation. Tous les achats comptent. Il suffit d’utiliser un de mes liens sécurisés. Cliquez ici pour obtenir plus d’informations.

8 réflexions sur “L’orangeraie | Larry Tremblay

  1. Ping : Plus de 50 livres pour atteindre vos objectifs | Julie lit au lit

  2. Ping : Les incontournables : 100 livres d’ici à lire une fois dans sa vie | Julie lit au lit

  3. Ping : Les incontournables : 100 livres d’ici qui racontent le monde d’aujourd’hui | Julie lit au lit

  4. Ping : 25 livres en 140 caractères | Julie lit au lit

  5. Ping : 50 livres québécois dont j’ai parlé sur le blogue | Julie lit au lit

Exprimez-vous!

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s